1


À l'heure où la question de la fessée fait débat, tant sur le plan physique que moral, des ateliers sur les alternatives non violentes pour mener un enfant vers l'âge adulte se développent partout en France.

Tous les parents seront un jour confrontés à la pénible expérience du conflit permanent avec leur enfant. En effet, passé l'âge où le nourrisson exprime ses besoins vitaux (être nourri, dormir, être changé, être pris dans les bras) qu'il convient de satisfaire immédiatement, l'enfant âgé de quelques mois va, quant à lui, commencer à exprimer des désirs. Manger un bonbon, regarder la télé, jouer avec les prises électriques, etc., désirs auxquels nous ne serons pas prêts à céder, dans certains cas pour des raisons de sécurité, et dans d'autres pour qu'il apprenne ainsi à gérer le sentiment de frustration.

La Communication non violente (CNV) est une méthode visant à créer entre les êtres humains des relations fondées sur l'empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres. Il s'agit d'un outil de communication, principalement verbal, qui peut servir à la résolution de conflits entre deux personnes ou au sein de groupes. La pratique de la Communication non violente permettrait également d'être en meilleure relation avec soi-même, de mieux comprendre ses besoins profonds et de prendre en charge, de manière autonome et responsable, les divers aspects de sa propre vie. Il ne s'agit donc pas d'une thérapie, mais elle peut avoir des retombées thérapeutiques intéressantes.

Les concepts et les techniques de la Communication non violente ont été mis au point, au milieu des années 1960, par Marshall B. Rosenberg, docteur en psychologie clinique. Ils font l'objet d'une marque déposée sous l'appellation Communication non violente (Nonviolent Communication). Les droits sont détenus par un organisme sans but lucratif dont le siège social, le Center for Nonviolent Communication (Centre pour la Communication non

 

2 

 

 

La communication non violente pour nous
 
C'est plutôt une façon de voir les choses je dirais. A 15 mois ma fille c'est se que c'est une betise, je peu vous le dire, mais ici pas de fessées. Nous utilisons le 1.2.3 pour lui faire arreter en continuant d'expliquer pourquoi entre chaque chiffre. Si au bout de 3 elle n'a pas arreter JE vais la chercher pour l'eloigner de l'objet du delit.

Quand Ema est en colere elle va s'assoire sur la marche de l'escalier si on est en bas ou la marche de la chambre si on est en haut. Lors de se moment, je suis avec elle et je lui parle calmement afin qu'elle se calme.